Comprendre l’intelligence émotionnelle

Ces dernières années, la notion d’intelligence émotionnelle a connu un boom fulgurant. En effet, les psychologues, les scientifiques et les professionnels du développement personnel se sont penchés de près sur la question. Le point déclencheur a été la sortie du best-seller Emotional Intelligence du journaliste scientifique Daniel Goleman en 1995. Son ouvrage remet en cause le concept que le quotient intellectuel (QI) est le seul facteur clé de la réussite sociale et professionnelle. Pour Goleman, il existe un autre facteur qui est tout aussi important pour avoir une vie épanouie et sereine : « l’intelligence émotionnelle ».

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ?

L’intelligence émotionnelle est l’intelligence du cœur. Elle permet d’identifier et de gérer toutes ses émotions afin de les utiliser à bon escient ou de manière positive. Concrètement, elle consiste à maîtriser les multiples pulsions que nous ressentons au quotidien en vue de différer la satisfaction de ses envies, d’atteindre un équilibre émotionnel, d’être compréhensif et de réussir ses relations sociales, de faire preuve de détermination malgré les obstacles et les difficultés de la vie quotidienne, etc.

L’émotion a longtemps été qualifiée comme une faiblesse et un obstacle à la vraie réussite, puisque c’est un état de conscience complexe, incontrôlable et brusque, spontané et souvent subjectif. Depuis toujours, les scientifiques ont en effet défini le cerveau rationnel et le cerveau émotionnel comme étant deux structures distinctes incapables d’être en harmonie.

Heureusement, de nombreuses recherches ont prouvé que l’émotion jouait un rôle important dans la vie d’une personne. L’émotion, c’est ce qui fait l’humanité, car elle nous guide et nous informe des conséquences de nos actions, comme l’explique le site de développement personnel https://www.influence-hypnotique.fr, qui propose des méthodes pour maîtriser et développer son intelligence émotionnelle.

L'intelligence emotionelle

Comment discerner les traits de l’intelligence émotionnelle ?

Pour mieux cerner cette partie, quelques notions sur les émotions sont requises. Globalement, l’Homme possède 4 grandes émotions : la peur, la colère, la joie et la tristesse. Au-delà se décline toute une série d’émotions secondaires telles que l’envie, la rage, la tendresse, la douceur, l’amour, l’excitation, etc. Toutes ces émotions font de l’Homme ce qu’il est aujourd’hui. Dans son ouvrage, Daniel Goleman a défini 5 éléments de l’intelligence émotionnelle :

La compréhension de soi

C’est l’élément le plus important dans l’intelligence émotionnelle. Pourquoi ? Car celui qui ignore et reste sourd vis-à-vis de ce qu’il ressent demeure sous le contrôle de ses émotions. Bien appréhender les émotions que nous ressentons constitue alors une étape clé pour ne pas les laisser nous gouverner. Cela s’applique tout aussi bien dans notre vie quotidienne que dans notre vie professionnelle. D’ailleurs, bien cerner ses émotions renforce et améliore aussi la confiance en soi, car il devient possible de se fier à ses intuitions sans la crainte que celles-ci ne soient affectées par des sentiments.

Celui qui se connaît lui-même est conscient de ses forces et de ses faiblesses, de son potentiel, ainsi que ses limites personnelles. Il met donc de côté son arrogance et est réceptif lorsqu’il reçoit des remarques constructives concernant ses erreurs. Malheureusement, la connaissance de soi n’est pas enseignée à l’école ! Il est nécessaire de travailler sur soi pour découvrir son potentiel. Il est également possible de rechercher la compagnie et l’expertise de coachs plus avancés que soi-même sur le chemin du développement personnel.

La maîtrise de soi

Cet élément définit la capacité à contrôler ses pulsions afin de s’adapter aux différentes situations. Une personne possédant une bonne maîtrise d’elle-même ne se permet pas d’être impulsive face à la colère, elle va privilégier la réflexion avant d’agir ou de prendre des décisions. La maîtrise de soi se caractérise généralement par l’intégrité et la souplesse dans toutes ses actions. Les personnes qui maîtrisent cet élément ont tendance à privilégier la réussite à long terme et mettent souvent de côté les récompenses immédiates.

L’empathie

C’est l’art de déceler, d’identifier et de comprendre les émotions de notre entourage. En d’autres termes, l’empathie consiste à respecter les sentiments et les points de vue des autres personnes même s’ils diffèrent totalement des nôtres. Elle permet d’entretenir une relation sociale harmonieuse avec une grande variété d’individus.

Les habiletés sociales

Les personnes possédant de bonnes habiletés sociales sont plus faciles à aborder et plus appréciées par leur entourage. C’est un signe flagrant d’une forte intelligence émotionnelle. Ces personnes sont généralement des individus qui exercent des activités de groupe telles que les sports d’équipe, les coachs, les leaders, etc. Au lieu de miser sur leur propre développement, elles priorisent la communication et l’entraide afin de développer le potentiel des autres.

La motivation

La motivation définit les capacités émotionnelles permettant d’atteindre ses objectifs. Elle se caractérise par l’engagement envers soi-même, l’effort engagé pour réaliser son rêve, les compétences à prendre l’initiative face à une situation donnée, la détermination même si les obstacles sont nombreux. Cette qualité se forge avec les expériences et les moments difficiles.

Quels sont les avantages d’une grande intelligence émotionnelle au travail ?

Dans la vie professionnelle, nous faisons toujours face à des décisions lourdes d’émotions. Par exemple, nous avons l’impression que la stratégie A est plus efficace que la stratégie B, mais nous choisissons toute de même la deuxième stratégie, car elle est davantage conforme à nos sentiments et notre état d’esprit. Or, ce choix dirigé par nos pulsions peut diminuer considérablement les résultats attendus, voire même causer des dégâts majeurs dans une entreprise.

L’intelligence émotionnelle permet d’éviter de commettre des erreurs de jugement au travail. D’ailleurs, elle permet aussi d’améliorer les échanges et la communication au sein d’une équipe ou avec ses collègues de travail. Cela va influencer positivement l’efficacité de travail pour permettre une hausse de la productivité.

D’après un éminent chercheur en leadership, Gary Yuki, la conscience de soi permet d’appréhender plus facilement ses propres besoins et ses réactions face aux innombrables situations de la vie professionnelle, ce qui peut optimiser l’évaluation des solutions alternatives. Avec une bonne intelligence émotionnelle, vous aurez alors une meilleure vision face aux difficultés et décisions de la vie professionnelle.

Les prochains événements à venir Salons bien-être, Zen et pleins d'autres proches de chez-vous